La Toile de Jouy se conjugue au présent

Senteurs de France est né d’une idée :

Associer des produits de qualité et de tradition française. Comme les tissus anciens comme la Toile de Jouy, les paysages français, les senteurs de Grasse et les objets cultes comme le savon de Marseille.

Senteurs de France propose des produits de Senteurs : savonnettes, savons liquides, savons cubes et bougies en déclinant les couleurs chatoyantes de la marque « Toiles de Jouy ».

Retrouvez le rose fushia pour le thé précieux et la rose. Ou découvrez le bleu turquoise pour la figue, la verveine, et le thé vert. Ou encore l’orange pour l’ambre et le pamplemousse. Tous ces produits sont en vente aux Galeries Lafayette Province, au BHV Marais.

Pour trouver les tissus Toiles de Jouy rendez vous ici

À l’origine, ce type de toile fut créé dans les ateliers de la manufacture fondée en 1760 par Christophe-Philippe Oberkampf dans la commune de Jouy-en-Josas (actuellement dans les Yvelines en France). L’emplacement fut choisi en raison de la présence de la Bièvre et de ses qualités chimiques propices au lavage des toiles. Cette manufacture devint rapidement l’une des plus importantes indienneries du XVIIIe siècle. Elle a laissé son nom dans l’histoire de l’art décoratif.

Ce sont surtout la variété de ses motifs imprimés qui ont fait sa renommée, et ce grâce à des artistes, des peintres reconnus, comme Jean-Baptiste Huet.

Ce que l’on appelle aujourd’hui toile de Jouy n’est en fait qu’une petite partie des productions de la manufacture. Oberkampf produisait également des tissus polychromes dont les décors, témoins des goûts du temps, étaient somptueux.

Le terme de toile de Jouy n’est pas la marque déposée d’un produit uniquement fabriqué à Jouy-en-Josas. Même du temps d’Oberkampf, d’autres manufactures, comme celles de Mulhouse, produisirent des tissus identiques et le terme est devenu en quelque sorte un nom générique.

La technique utilisée pour l’impression était, dans un premier temps, l’application sur les toiles de coton pré-traitées de planches de bois gravées et enduites de teinture. Dix ans plus tard, en 1770, les planches de bois furent remplacées par des plaques de cuivre flexibles. Ce qui a permis de les disposer sur des tambours cylindriques et ainsi d’augmenter la production en la mécanisant.

Les toiles étaient étendues dans les prairies autour de la manufacture, plusieurs fois selon l’avancement de la production, après le lavage des toiles dans la Bièvre. Puis après l’application des produits de fixation, enfin après la teinture.

Partager sur facebook